Cumul emploi-retraite, un poids pour l’assurance chômage

Publié le par Jihad WACHILL

Seniors : Le ministre du Travail propose une exonération de cotisations de chômage pour les retraités reprenant une activité salariée.

Pour le gouvernement, tout est bon pour abaisser le coût du travail. Dernière trouvaille en date : la proposition du ministre du travail Xavier Bertrand, ce week-end, de supprimer la cotisation de chômage pour les retraités qui reprennent un emploi. La réforme de 2003, tout en sabrant le niveau des pensions, a autorisé le cumul emploi-retraite dans la limite du dernier salaire d’activité, plafond qui a été ensuite rehaussé à 1,6 smic pour les bas salaires, et qui pourrait être supprimé pour inciter encore plus la reprise d’activité. « Pourquoi continuer à faire cotiser un salarié de plus de 60 ans - mais l’âge est à déterminer - pour le chômage ? », a interrogé benoîtement le ministre dimanche dans l’émission Capital sur M6. Selon lui, ce salarié ne présente aucun risque de se retrouver au chômage puisqu’il est déjà à la retraite. « Le système de cotisation de chômage ne perd rien mais par contre il y a un gain de 4 % pour l’entreprise et d’un peu plus de 2 % pour les salariés : c’est une incitation… », a-t-il avancé, tout en précisant que cette décision ne peut être prise que par les partenaires sociaux gestionnaires de l’UNEDIC.

En réalité, cette mesure serait loin d’être indolore pour l’assurance chômage, dont elle diminuerait les recettes. Ce manque à gagner s’ajouterait à la baisse des cotisations de chômage de 0,3 point demandée par le MEDEF dans le cadre de la négociation UNEDIC qui doit aboutir d’ici le 31 décembre, pour commencer à compenser la hausse des cotisations de retraite de 1 % sur trois ans décidée par le gouvernement. Cette exonération de cotisation remettrait aussi en question le principe de solidarité à la base du système de protection sociale.

Maurad Rabhi, secrétaire de la CGT en charge du dossier UNEDIC, a aussitôt dénoncé cette volonté de « réduire le budget de l’assurance chômage, alors que plus de la moitié des demandeurs d’emploi sont déjà exclus du système et que le chômage repart à la hausse ». Jean-Claude Mailly, de Force ouvrière, a de même jugé « pas sérieux » ce projet d’exonération, en demandant que le gouvernement revienne sur l’allongement de la durée de cotisation. En revanche Alain Lecanu, de la CFE-CGC (syndicat des cadres), a déclaré « ne pas voir d’inconvénient » à ce que les seniors ne cotisent plus, tout en se disant opposé à la baisse des cotisations UNEDIC.

Fanny DOUMAYROU dans l'Humanité du 21 octobre 2008
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article